Nyagbo 904702 visites
Accueil

Santé Publique: Questions autour du Pbf

Vendredi 30 Aout 2019 - 20:50:58

Près de dix ans après son lancement, le projet de Financement basé sur la performance (Pbf) est l’objet de toutes les critiques. Les prestataires sur le terrain, les chefs des établissements hospitaliers  en particuliers dénoncent l’asphyxie des hôpitaux et du système santé dans sa globalité.



Les prestataires sur le terrain sont surchargés de travail, ils ont signé des contrats trimestriels depuis le début de cette année 2019, mais huit mois plus tard, ils attendent avec impatience le versement des subsides qui y en découlent ; les délégations régionales et d’autres personnels du niveau central aussi attendent que leur soit payé les primes qui leurs sont dues pour les tâches accomplies ; trois divisions du Ministère de la Santé publique sont également sous Pbf (projet de financement basé sur la performance) et les personnels décrient une situation qui devient intenable. Pourquoi ?

Parce que le Pbf, une initiative de l’agence de coopération allemande Giz, qui a été approuvée par le gouvernement en vue de l’amélioration de l’environnement hospitalier en particulier et de tout le système de la Santé publique en général, va mal. Selon le Dr Enguene, le chef de service de santé de district de Mfou, dans la Mefou et Afamba, région du Centre,  «le Pbf est un système de financement qui a été choisit par le gouvernement pour l’atteinte de la couverture santé universelle. Qui parle de Pbf parle de qualité des soins, d’efficience et d’équité quand les moyens le permettent».

Ces ressources se déclinent en personnels qualifiés pour combler les gaps et disposer des professionnels qu’il faut à la bonne place, et des équipements médicaux pour la modernisation des plateaux techniques. Ces moyens ont été alloués par le projet sous la forme des Bonus d’amélioration de la qualité (Baq). Le projet a prévu une enveloppe d’1,2 millions pour chaque Formation sanitaire (Fosa), soit 600.000 FCFA pour le recrutement des personnels qui sont rémunérés en conformité avec le Smic, et autant pour l’acquisition des équipements requis.

Cette réforme permet d’éviter des incohérences dans le déploiement des ressources humaines dans les structures sanitaires. Par exemple et selon les déclarations du Dr Enguene, «on ne doit plus avoir un aide soignant qui pratique un accouchement ou une femme qui met au monde son enfant sur une table d’accouchement en bois». Dans la mise en place de la démarche qualité, l’équité est l’un des principaux focus du Pbf, poursuit un autre directeur d’un hôpital de District qui a requit l’anonymat.

Cela suppose, poursuit-il, la réduction à défaut de la suppression totale des prépaiements des soins, et la prise en charge des malades indigents. Dans cette perspective, il a été élaboré un registre d’indigence dans lequel tous les renseignements sur les malades financièrement faibles ou pauvres tels que leurs coordonnées, leur identité complète, les soins requis, les coûts exigés, les sommes payés et ce qui reste à payer sont consignés.   

D’autres prestataires décrivent la qualité des services, à travers l’hygiène hospitalière, en l’occurrence le tri des déchets par les personnels, la présence des incinérateurs, des fausses à ordures conformes. Parce qu’il faut que l’environnement soit propre, que le malade soit logé à la bonne enseigne, que le système d’hôtellerie soit amélioré, que le malade ait un bon lit, qu’il dorme sur un matelas couvert en toile ciré. «On nous demande même de mettre à la disposition des usagers deux draps propres», renseignent nos sources.

A ce qu’il sache, dit un patron d’un de nos hôpitaux publics, l’approche Pbf n’est pas une mauvaise chose en soit. Si les choses avaient été faites comme il se doit il n’y aurait pas de problèmes, au contraire on en tirerait des profits, notre ce médecin. Le problème actuellement, «ce sont les retards dans le paiement des subsides», martèle t-il. Ce praticien fait savoir que lorsque le Pbf marchait, tout le monde souhaitait se faire enrôler, malheureusement la plupart l’ont été au moment où les choses ont commencées à péricliter.

Les directeurs des hôpitaux de districts  (Hd) estiment que s’ils sont en difficulté, les Centres médicaux d’arrondissements (Cma) et les centres de santé intégrés qui étaient déjà mal en point vivent un calvaire.

De manière générale, ces praticiens croient savoir que «le système Pbf est un système rigoureux, car pour gagner des points, il faut travailler. Il faut investir parce que le système d’évaluation est laborieux».

Depuis quelques années, les hôpitaux se sont mués en entreprises qui génèrent des bénéfices. Ainsi pour atteindre leurs objectifs, certains responsables des Fosa, des services centraux admettent qu’ils se sont endettés auprès des banques et des tontines. Ils ont puisé dans leurs budgets, dans leurs recettes et d’autres ressources de l’hôpital pour financer leurs activités.

Pour résumer la situation, au départ l’argent coulait à flot, vous réalisiez votre activité et vous étiez payés en liquide. A en croire nos sources, dans les régions du septentrion les cartons de commande ont disparus, les budgets de fonctionnement aussi en application de l’efficience.

En ce moment, les patrons des Formations sanitaires notamment crient leur détresse. Ils sont au bord de l’asphyxie, de la banqueroute, concluent-ils.  Mais comment peut-on payer ces prestations, alors que les scores de performance des hôpitaux publics dépassent rarement les 35%, questionne un spécialiste du Pbf.

Presque toutes les structures sanitaires sur le triangle national sont sous Pbf, 09 districts de santé seulement sur les 30 que comptent la région du Centre sont sous Bpf. Le reste sera enrôlé d'ici la fin de cette année 2019 finissante. Pendant que ceux qui y sont déjà souhaitent qu'on arrête tout.


Pages << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>
   ...
Auteur
Ndjabun Irène Sidonie journaliste
BP 2303 Messa -Yaoundé tel 77 91 44 86 sitounou@ya
Pensée du jour
Trust can take years to build, but only a second to break. ".

Transmis par Moba Mwanzele (Bokala)
Réalisé par Africaciel.com