Nyagbo 738341 visites
Accueil

Rougole et Rubéole: L'avis des parents exigé

Jeudi 26 Novembre 2015 - 15:24:6

Les établisssments scolaires d’enseignement primaire et secondaire refusent d’ouvrir leurs portes aux agents vaccinateurs sur le terrain. La campagne de vaccination contre ces deux maladies qui a été entamée le mardi 24 novembre 2015 s’avère très difficile à mener.

 

Devant le Lycée de Mballa II, plus d’une dizaine d’agents de la vaccination attendent assis ou debout devant le portail. La mine renfrognée, ils scrutent le signal de leur superviseur qui est entrain de s’entretenir avec madame la proviseure. Car depuis la veille, ils essaient de vacciner les élèves de cet établissement scolaire d’enseignement secondaire sans succès. D’une part, parce que l’administration n’a pas reçu l’autorisation des parents et d’autres parts, parce qu’elle nas pas reçu une note y relative venant de la délégation départementale du Mfoundi.

 Selon les déclarations d’Isidore Ekobo, qui coiffe ces éauipes dans l’Aire de santé de Mballa II, "j'ai tenté d’’expliquer aux responsables de ce lycée le bien fondé de cette campagne, en vain". Les vaccinateurs quant à eux ont alerté le Dr Bidias de l’UNICEF pour intervention, mais lui non plus n’a pas pu faire fléchir le proviseure, soutiennent-ils. Nous avons essayé de la rencontrer, mais nous sommes heurtés à ses proches collaborateurs visiblement irrités par notre présence sur les lieux.

La secrétaire ne comprend pas pourquoi nous voulons écouter la version de sa patronne. Quant à son collègue, il nous a vu interviewer monsieur Ekobo dans la cour principale et il n’a pas apprécié, parce que ce nous n’en n’avons pas le droit dans cet espace privé, a-t-il dit. D’autres écoles des deux ordres d’enseignement privé et public de Mballa II telles que Marianne et Paul, les Libellules, les Martinez etc, ont fermé leurs portes. Avec un bémol pour l’école privé les Martinez qui a d’abord accepté au départ avant de repousser les vaccinateurs au bout de quelques minutes de travail.

 Les enfants ont finalement eu leur vaccin au sortir de l’école, en présence de leurs parents. C’est aussi le cas à Mballa III, IV, V VI et VII, où les portes des collèges et lycées restent fermées pour les mêmes raisons. A Yaoundé II, dans le district de santé de la cité verte, Nji Ousseni Mongbet le superviseur de l’Aire de santé de la Briqueterie rencontre les mêmes problèmes. Dans cette zone et dans les écoles catholiques, ce sont les enseignants qui refusent la vaccination des élèves.

Dans les quartiers et en ville, les cas de réticences se multiplient au point où les mobilisateurs avouent leur impuissance. «Les établissements scolaires concenternt la plus grande partie de notre cible, si nous ne pouvons pas toucher ces enfants, il sera difficile que nous atteignions nos objectifs», se lamente Isidore Ekobo. Cette situation le désole d’autant que la rougeole est une maladie contagieuse qui se transmet facilement d’un enfant à un autre.  

Il faut noter que la rougeole est une maladie causée par un virus qui se manifeste par de la température, un nez qui coule, une importante toux et de la conjonctivite. Ce n'est qu'ensuite qu'apparaît l'éruption cutanée caractéristique. La rubéole est une maladie causée elle aussi par un virus, elle est pratiquement toujours sans gravité, certaines personnes faisant même la maladie sans s'en rendre compte. Des cas d’effets secondaires sont signalés ici et là, les consignes ont été données aux formatons sanitaires pour qu’elles soient gérées gratuitement, selon M Ekobo. La campagne de masse qui court a été lancée le 24 novembre 2015 dernier dans toutes les formations sanitaires et les lieux de rassemblements, elle s’achève le 29.


Commentaires


   ...
Auteur
Ndjabun Irène Sidonie journaliste
BP 2303 Messa -Yaoundé tel 77 91 44 86 sitounou@ya
Pensée du jour
Il n'est jamais trop tard pour apprendre, car à savant, savant et demi

Transmis par Georges Diouf (Dakar, Sénégal)
Réalisé par Africaciel.com