Nyagbo 743790 visites
Accueil

Lycée de Mballa II: Péril en la demeure

Jeudi 19 Mai 2016 - 20:22:25

Prostitution, drogue et homosexualité minent cet établissement public d'enseignement général. Le phénomène touche les élèves du 1er cycle et des classes de 2nd au second cycle.

 

 

 

En février dernier, une élève de la classe de 3è M5 au Lycée de Mballa II en plein coeur de Yaoundé,  a été «violée» par une dizaine de jeunes garçons dont la plupart ne fréquentent pas cet établissement scolaire d’enseignement général. Selon ses camarades qui ont porté l’affaire à notre connaissance le jeudi 19 mai 2016 en mâtinée, la jeune fille semblait consentante puisqu’elle ne s’est jamais plainte. D’ailleurs, poursuivent ses camarades, elle n’a jamais montré un signe de colère ou de quelconque anxiété. Certains ont tenté de l’approcher pour voir si elle en parlerait, mais non elle ne l’a pas fait, ajoutent ces élèves. Lesquels font savoir qu’au sein de l’établissement, les relations entre les jeunes filles et les chefs des secteurs du 1er cycle sont connues. «Ils les préfèrent plus jeunes», affirment ces élèves qui incriminent aussi les enseignant de sport.

 

Très protecteurs, qui ont forcé des élèves à mettre un terme aux liens qui les unissait à leurs petites amis tant la menace devenait sérieuse. A en croire ces mêmes élèves, un certain monsieur Ewodo, vendeur de beignets au lycée a dû fuir ce collège à cause de ses frasques, ses conquêtes se recrutaient dans les classes de 5è en 3è essentiellement. Dans les salles de classes à la sortie lorsque le lycée semble désert, «il faut aller voir ce qui s’y passe, c’est scandaleux», confient ces jeunes. On pourrait croire que toutes ces jeunes filles sont des victimes, mais ce n’est pas le cas, car ce sont elles parfois qui provoquent les hommes. Pour un billet de sortie, un bout de pain, des notes dans une matière, elles aguichent enseignants, camarades de classes et autres commerçants de la cantine.

 

«second lieu de recrutement des élèves qui ont faim, et qui quémandent sans honte de quoi manger ou boire». Actuellement, soutiennent-elles, une élève de la classe de 4è a été mise enceinte par le vendeur de glaces. Des voisins interrogés témoignent de ces faits et pensent que ces dérives découlent aussi du fait que ces jeunes filles sont très vulnérables, au regard de la facilité avec laquelle elles se laissent séduire. Au second cycle, dans les classes de 2nd, c’est l’homosexualité féminine qui monte sous le regard de tous et au sein même de l’école, avons-nous appris. Les gestes sensuels se partagent en pleine cours de récréation, et leurs ébats se poursuivent au cours des soirées privées et autres rencontres qu’elles organisent très souvent au domicile d’une camarade.

 

Les garçons quant à eux se caractérisent par leur goût pour la drogue, le Tramol et le chanvre indien qui leur est servit par d’autres jeunes du même sexe non scolarisés ou fréquentant d’autres collèges qui arpentent les alentours de l’école pendant et après les cours. La plupart appartiennent visiblement à la communauté musulmane, ont fait remarquer nos informateurs. Ce jeudi 19 mai, nous avons pu les voir, ce sont de jeunes garçons âges d’environ 16 à 20 ans, apparemment simples et sans historie, qui marchent en groupe de 5 ou 6. Hormis le lycée, ils étendent leurs actions dans le quartier comme d’autres adultes qui y ont trouvé un terrain de chasse.

 

Hier soir par exemple, se lamente un de ces lycéens, la petite Danielle, 13 ans, élève au lycée et habitant derrière la Cameroon radio television (Crtv) était aux prises avec un homme qui pouvait être son père qui voulait avoir des relations sexuelles avec elle dans un couloir non loin de la maison familiale. Le rapport de force étant inégal, il s’est éloigné lorsqu’il a constaté que la petite faisait des efforts pour ne pas succomber aux avances de ce monsieur qu’elle semblait connaître. Puisqu’elle lui disait «pas ici, ce n’est pas bien». Comme cette jeune adolescente, beaucoup d’autres enfants du quartiers sont la proie des adultes qui visitent le coin, confient ces lycéens.

 

Approché en mi-journée, le censeur et le coordonnateur de la discipline ont démenti ces informations, estimant que nos sources ont trop d’imaginations et racontent des histoires. Depuis un certain temps, avant de quitter l’établissement en fin de journée, ils s’assurent qu’il ne reste plus un seul élève dans les salles et qu’elles sont bien fermées à double tour.  Concernant monsieur Ewodo, ils confirment qu’il a été chassé de l’établissement à cause de sa mauvaise moralité. Le vendeur de glaces que nous avons rencontré dément formellement e qui est dit sur sa personne. «Je suis en mesure de vous dire tout ce qui se passe dans ce lycée, car je vois et entends tout», a-t-il lancé, furieux.

 

On le sait depuis des années, la délinquance dans cet établissement scolaire a toujours été un réel problème pour les responsables qui s’y sont succédés. Mais il semblerait que cette fois, la situation est bien pire à cause de la «démission des dirigeants».  

 


Commentaires


   ...
Auteur
Ndjabun Irène Sidonie journaliste
BP 2303 Messa -Yaoundé tel 77 91 44 86 sitounou@ya
Pensée du jour
L'habit ne fait pas le moine.
Laarssi Keyshen

Transmis par Toni (Pointe Noire)
Réalisé par Africaciel.com