Nyagbo 738345 visites
Accueil

Hôpital jamot dE Yaoundé: Des réformes à la peine

Mercredi 3 Aout 2016 - 11:2:0

 

Augmentation des frais d’accès à la formation sanitaire, accroissement des prix des médicaments, révision de la durée de validité du billet de session, tentative de réduction des quotes-parts, etc. Les nouvelles mesures prises par l’administration passent mal.

 

Le vendredi 15 juillet 2016, il est environ 9h30 lorsque monsieur Biyage et son fils sortent de l’hôpital Jamot. Leur attitude cache mal leur colère. Non seulement ils ont été confrontés à une mauvaise communication avec les personnels soignants, mais en sus ils ont été emmenés

à payer deux fois le billet de session d’un montant de 600 FCFA en l’espace de deux jours, alors qu’ils avaient cru entendre que la durée de ce ticket était de deux semaines. Ils ont bien tenté de protester, mais rien n’y a fait. Le lundi suivant 18 juillet ils devront encore payer pour voir le médecin et ils ne l’acceptent pas. Sur ce sujet et bien d’autres que l’on dénonce dans cet hôpital, Le Dr Jean Jacques Ze qui en est le directeur ne répondra plus aux questions des reporter de votre journal, accusé de saboter son hôpital dans ses colonnes.

 

Problème, nous avons rendu publique la nouvelle tarification qu’il avait lui-même modifiée, et le communiqué affiché sur le mur d’entrée de sa structure. Les personnels quant à eux se disent étonnés par les mesures qui sont prises fréquemment par leur administration. Par exemple, avant ils avaient les bulletins d’examens qu’ils photocopiaient au besoin. Depuis quelques mois, on leur livre un carnet de près d’une centaine de bulletins qui sont déjà reliés. Au Laboratoire, poursuivent ces sources, on a multiplié les réactifs au mépris des besoins réels de cette unité. Ce qui ralentit le rythme de travail et rallonge les délais de délivrance des résultats des examens médicaux. Les personnels dénoncent une multiplication des petits marchés qui appellent un grand nombre de fournisseurs.

 

Ou plutôt un seul, soutiennent nos sources qui croient savoir que ce sont des entreprises écrans créées par leur directeur. Lequel a tenté d’utiliser d’autres lignes budgétaires pour payer ces fournisseurs. Par exemple celle qui concerne les quotes-parts que le Dr Ze a voulu réduire d’un tiers pour pouvoir payer ces entreprises. «Nous nous y sommes opposés en bloc», affirment les délégués des personnels et d’autres infirmières qui se satisfont de leur solide unité actuelle. Il faut souligner que c’est le lundi 18 avril 2016 que la tarification dans cette formation sanitaire avait été modifiée par le nouveau directeur, en application des textes régissant les hôpitaux de 2ème catégorie, avait noté le Dr Jean jacques Ze. Ce jour-là, de nombreux patients confrontés aux nouveaux prix qui avaient quadruplés avaient rebroussé chemin.

 

Les personnels soignants du Centre de traitement agrée (Cta) avaient dû «négocier pour que le maintien de la tarification pour les Personnes vivants avec le Vih/sida qui sont financièrement affaiblies par leur état». Depuis cette date, les tarifs s’affichent ainsi qu’il suit : 2.600 FCFA le jour, 2.900 FCFA la nuit, 5.000 FCFA VIP- médecin généraliste, 10.000 FCFA VIP-médecin spécialiste, enfin aux soins intensifs un forfait de 105.000 FCFA pour 05 jours d’hospitalisation. Mais il semblerait qu’ils sont exigés à la tête du client.

Source : Notre Santé

Par Ralph Ebokobo

 

Le Dr ZE Jean Jacques Remercié

 

Depuis vendredi, le Dr Jean Jacques Ze n’est plus à la tête de l’Hôpital Jamot. Ce, à la faveur d’un décret présidentiel signé par Paul Biya. L’ancien directeur général de l’Hôpital de District d’Obala, est appelé à d’autres fonctions, d’après les précisions données par le décret de Paul Biya. Désormais, c’est à Mendini Nkodo Joseph Marie que revient la charge de gérer cette formation sanitaire. Le nouveau patron de l’Hôpital Jamot était avant sa nomination, Directeur de l’Hôpital de District de la Cité-verte.

D’après nos informations, celui qui quitte la Cité verte pour Jamot, est “un bon manager”. Au sein du personnel médical de l’hôpital de District de la Cité verte, il jouit d’une bonne réputation. Ici, il va trouver une formation sanitaire en pleine ébullition. Après avoir augmenté les frais des billets de session (à 2600 FCfa) et des consultations chez les médecins généralistes et spécialistes, l’ancien Directeur a en effet mis les pieds dans les médicaments. Soulevant le couroux des malades. A l’issue d’une manifestation, Jean Jacques Ze est revenu sur sa décision, rapportent des malades et des personnels paramédicaux.

Commentaires


   ...
Auteur
Ndjabun Irène Sidonie journaliste
BP 2303 Messa -Yaoundé tel 77 91 44 86 sitounou@ya
Pensée du jour
Il n'est jamais trop tard pour apprendre, car à savant, savant et demi

Transmis par Georges Diouf (Dakar, Sénégal)
Réalisé par Africaciel.com