Nyagbo 892948 visites
Accueil

Réfiorme hospitalière: Le Minsanté se fait peur

Samedi 11 Mai 2019 - 5:40:39

La mélancolie s'empare de tout le département Ministériel. L'ensemble des proches collaborateurs du Ministre de la Santé publique (minsanté) en charge du dossier évitent de s’exprimer sur la question.

Qui est habilité à communiquer sur la réforme hospitalière au Ministère de la Santé publique? Pas le Minsanté, Manaouda Malachie qui a pris le train en route, et malgré les 100 jours déjà passé à s’acclimater dans ses missions. Peut-être le Directeur de la promotion de la santé (Dps), le Dr Bernard Sheumaga a qui notre demande d’information a été quottée début Mars 2018.  Nos préoccupations portaient sur le niveau d‘évolution  du projet de mise en place d’une Couverture santé universelle au Cameroun.  

Selon le Dr Bernard Sheumaga, «un certain nombre d’activités ont déjà été menées, elles ont même été validées par les parties prenantes. Par exemple le panier de base des soins et services de santé, le protocole desdits soins, l’architecture du système de management de la couverture santé universelle, et l’évaluation des capacités contributives des camerounais». Pour sa part, le Dps nous a appesantis sur ces aspects qui relèvent de ses compétences, mais il ne le peut pas sur la réforme hospitalière. Car cette autre composante est du ressort de son collègue de la Division de l’organisation des soins et de la technologie sanitaire (DOSTS), avait-il indiqué.

A la Dosts, et malgré le papillonn que nous avons présenté et sur lequel étaient marqués les référence du dossier, les secrétaires du Dr Yves Mathieu Zoa Nanga, puisqu’il s’agit de lui, nous ont fait savoir que leur patron  ne répondra pas à cette question si le Dps ne lui transmet pas le dossier conformément à la réglementation. Cela suppose qu’il lui fait parvenir un «Soit-transmit», selon ces dames. Nous sommes retournés à la Dps, deux semaines plus tard, ledit document était acheminé à la Dosts, selon les confirmations des collaborateurs du Dr Sheumaga.  

Nous avons remis le cap sur le Minisanté, à la Direction de l’organisation des soins. Après avoir fouillé dans les registres, la secrétaire nous dira, «nous ne retrouvons pas cette lettre, rentrez à la Direction de la promotion de la santé leur demander de vous remettre la copie du sois-transmit, ou alors toutes les références requises pour que nous parvenions à tracer cette note». Après avoir obtenu ces données, une fois de plus, nous sommes allés à la Dosts. Cette fois, c’est à la Sous Dosts que nous devons nous rendre, ce sont eux qui travaillent sur la réforme hospitalière, nous ont fait observer les secrétaires du Dosts. L’adjointe du Dosts, visiblement étonnée de notre visite, «n’a plus le dossier, il a été retourné au Dr Zoa Nanga qui doit pouvoir nous parler». confie t-elle.  Alors que nous longeons le couloir qui mène à la Dosts, un personnel en passant  ne comprend pas pourquoi tous ces patrons fuient le sujet, dit-il.

 J’ai quand-même été reçue par le Dr Yves Mathieu Zoa Nanga, mais lui, il ne parlera pas officiellement si ce n’est pas le Ministre lui-même qui le lui demande formellement.  Le médecin se dit procédurier, et donc il ajoute «je ne peux pas me servir d’une correspondance qui a été adressée à mon collègue pour m’exprimer sur quelque sujet que ce soit».  Nous devons donc introduire une nouvelle demande pour espérer savoir ce qui se passe dans ce chantier de la Csu en général et sur la réforme hospitalière en particulier.

Il convient de noter que les études sur la réforme hospitalière au Cameroun ont été entamées en 2006, elle a été réactualisée en 2016. Les changements en vue du rétablissement des bonnes pratiques qui sont envisagés dans nos formations sanitaires ne sont pas du goût de tous.   

 Pour mémoire, le Dr Nanga Zoa a dirigé l’hôpital Jamot de Yaoundé (Hjy) pendant plusieurs années, avant d’être nommé à la tête de la direction des soins et de la technologie sanitaire. Il vient d’être porté par décret présidentiel rendu public le 08 Mai 2019 dernier à l’inspection générale des services médicaux et paramédicaux, en emplacement du Pr Magloire Biwole Sida. Pour la petie histoire, le Pr Biwolé  Sida a été Directeur général adjoint de l’hôpital général, ensuite Directeur de l’hôpital central pendant des années. Le Dr Jean-Jacques Zé qui avait succédé au Dr Zoa pendant quelques mois avant d’être limogé a été en congé technique environ un an. Au bout duquel le chef de l’Etat l’a envoyé à l’inspection des services.

 


Commentaires


   ...
Auteur
Ndjabun Irène Sidonie journaliste
BP 2303 Messa -Yaoundé tel 77 91 44 86 sitounou@ya
Pensée du jour
Toute les grandeurs du monde ne valent pas un bon ami.

Transmis par Evelyne (LavergneFrance)
Réalisé par Africaciel.com